Sélectionner une page

El Salvador (partie 2) – San Salvador et une leçon d’histoire

par | Août 26, 2022 | Articles, El Salvador | 2 commentaires

El Salvador (partie 2) – San Salvador et une leçon d’histoire du 4 au 9 juillet 2022

Objectif : A l’assaut de la capitale et de l’histoire du Salvador

Nombre de jours : 6

Nombre de kilomètres : 80 km + quelques uns en taxi dans la capitale

Nous en étions restés à la ferme, la Granja de Don Alvaro, attendant un retour du proviseur du lycée français…

Lundi 4 – Dès notre réveil nous recevons une réponse du proviseur. Rdv pris pour mercredi dans l’après midi car mardi matin nous avons notre rdv pour faire réparer nos freins.. Bref, tout s’organise tranquillement. La journée s’écoule, on refait nos CV avec Laurent et on se repose un peu.

Ce soir nous avons rdv au camping-car avec Edouardo, le cuisinier du restaurant de la ferme, d’origine argentine, pour apprendre à faire les empanadas, ces fameux chaussons de viande, plat très populaire en Argentine. On commence vers 19h, avec le four un peu faible du camping car, nous ne mangerons pas avant 22h, mais on se régalera !!! On passera une super soirée. Encore de chouettes échanges culturels et une recette de plus sur mon carnet !

Mardi 5 – École le matin, et l’après midi, nous avons rdv avec un mécanicien pour qu’il vérifie nos freins et purge un peu tout le système… 2h de travail pour 20$ et nos freins sont impeccables ! On passera la journée à peaufiner nos CV et à l’écriture du blog (le bilan du Guatemala est en ligne!!) Le soir le proviseur nous informe qu’il n’est pas possible de faire l’entretien au lycée, les écoles étant fermées encore à cause des pluies diluviennes qui sont tombées (résidus de l’ouragan qui s’est abattu sur la côte caraibéenne du Nicaragua et Costa Rica). Du coup, on se redonne un rdv le lendemain matin pour le faire via internet.

Mercredi 6 – Noé fait l’école, je rédige une lettre de motivation car j’ai vu que le lycée cherche un prof d’histoire. Le rdv a lieu en fin de matinée et se passe très bien. Si il y a un éventuel poste pour moi, ce n’est pas le cas pour Laurent. Le proviseur nous dit que régulièrement des parents cherchent de prof pour des cours privés, et il nous donne des contacts au lycée britannique, à l’Alliance Française et Laurent enverra plus largement des CV à l’université européenne et à l’école américaine. Pour le verdict pour le poste de prof d’histoire, il faudra attendre le 12, mais il m’envoie déjà toutes les conditions d’embauche.

Jeudi 7 – Après l’école, direction le centre ville en taxi. On est dans l’hyper centre, il n’y a pas ou très peu de restaurant (on en a trouvé un genre cantine.. pour le centre historique d’une capitale, y a de la place a prendre coté restauration!!), les rues et bâtiments sont en construction ou rénovation…Mais on peut y voir le charme qu’avait cette capitale et ses bâtiments restés debout après la guerre civile, tels que le théâtre (le plus ancien d’Amérique centrale), la cathédrale métropolitaine.

L’après midi on part pour la capitale.. au bout de même pas 10 km, une forte odeur de brûlée venant des freins emplie le camping car. On s’arrête direct et on appelle le gars qui a travaillé dessus la veille. Il arrive en 15 minutes et règle le problème en 10 min (contre 10$), mais c’est fait et surtout ça marche !!!

On arrivera en fin de journée à San Salvador. On se trouve un spot gratuit (enfin contre des cannettes de jus de fruits 😉 dans une rue tranquille, surveillée 24/24, au pied d’un parc et à deux pas de l’ambassade américaine. On tentera d’aller à la laverie, mais elle est déjà fermée, du coup, on va faire les courses au supermarché Walmart..un luxe !! On s’endort assez fatigué de cette longue journée.

n La minute nécessaire de Monsieur Cyclopède : Dès la fin du XVIIe siècle, dans différentes régions d’Amérique latine, des révoltes contre la domination espagnole éclatent. Le commerce des colonies d’Amérique était sous le monopole de la métropole (l’Espagne), les colonies ne pouvaient exporter que vers la métropole qui se chargeait par la suite de réexporter les produits vers le reste du monde (en particulier aux États-Unis et en Grande Bretagne)… on ne parlait pas de taux carbone à l’époque, mais elles en faisaient du chemin les marchandises !!

Inspirés par les Lumières (dont les écrits étaient interdits dans l’Empire espagnol), les créoles voient dans l’indépendance des États-Unis et la Révolution Française des exemples à suivre. Au début du XIXe siècle les autorités coloniales espagnoles promulguèrent des lois économiques et fiscales impopulaires dans les colonies pour financer les guerres européennes de la Couronne espagnole. Ces mesures augmentèrent la volonté d’indépendance des créoles. L’évènement déclencheur des soulèvements indépendantistes en Amérique latine, et en Amérique centrale en particulier, est l’invasion napoléonienne de l’Espagne (qui oppose L’Espagne des Bourbons, le Portugal et le Royaume-Uni à la France du 1er Empire. La Conférence de Bayonne, où la Dynastie des Bourbons abdiqua en faveur de Joseph Bonaparte, et la Guerre d’indépendance espagnole sapèrent l’autorité espagnole et rendirent les colonies plus autonomes. Durant cette guerre d’indépendance espagnole (1808-1814), l’Intendance de San Salvador connaîtra plusieurs soulèvements. Le soulèvement du 5 novembre 1811 : connu comme le « Premier cri d’indépendance » (Primer Grito de Independencia), il débute dans la ville de San Salvador avant de se propager dans les autres villes de la région durant tout le mois de novembre. Deux autres soulèvements éclatèrent le 24 novembre et le 20 décembre de la même année. Finalement, la déclaration d’indépendance de 1811 échoua car la vice-royauté du Guatemala envoya des troupes à San Salvador dans le but d’étouffer le mouvement.

En mai 1814 en Espagne est réinstallée une monarchie absolue et en Amérique centrale les indépendantistes et les libéraux subirent alors de plein fouet la répression. Puis, en 1820, une constitution plus libérale fut rétablie. Le capitaine Général du Guatemala (qui gérait toute l’Amérique centrale) s’y rallia, provoqua des élections municipales et législatives et accepta la liberté de la presse. C’est à cette période que naquirent le mouvement libéral et le mouvement conservateur qui animeront la vie politique du Salvador, et de toute l’Amérique centrale, jusqu’à l’apparition du communisme au début du XXe siècle. En août 1821, la nouvelle de l’indépendance du Mexique arriva en Amérique centrale et, devant cette nouvelle situation (rappelons que la Capitainerie générale du Guatemala était dépendante de la Nouvelle Espagne – c’est-à-dire le Mexique nouvellement indépendant), le Capitaine général convoqua les représentants des différentes provinces centre-américaines en assemblée à Ciudad de Guatemala . Le 15 septembre 1821, les provinces centre-américaines proclamèrent leur indépendance vis-à-vis de l’Espagne et un gouvernement provisoire fut formé. La nouvelle de l’indépendance arriva à San Salvador le 21 septembre. Intéressant, non ??

On visite le palais national, ancien centre du pouvoir jusque dans les années 70.

Puis un peu plus loin, on se rend sur la place de la liberté et là de nombreux groupes de musique usent du charme de leurs instruments pour faire danser la population, de tout âge ! Et me voilà embarquée dans une folle danse !!

Une fois remise de mes émotions, nous allons de l’autre coté de la place pour visiter l’église el Rosario. Église des années 70, réalisée avec des vitraux colorés qui donne un aspect hyper beau à l’intérieur alors que l’extérieur, franchement, c’est pas fou fou !!

Un peu sur les rotules, il fait aussi assez chaud, on rentre au camping car .. le coucher se fera assez tôt !

La minute nécessaire de Monsieur Cyclopède : Après la déclaration d’indépendance, trois choix politiques s’offrirent à l’ancienne Capitainerie générale (qui a son siège à Antigua au Guatemala): son rattachement à l’Empire mexicain, la formation d’un pays fédéral ou l’indépendance complète des différentes municipalités. Le gouvernement provisoire décida de consulter les municipalités qui votèrent toutes le ralliement au Mexique, sauf les communes de San Salvador et de San Miguel (toutes deux situées dans l’actuel Salvador). Le 5 janvier 1822 l’annexion fut proclamée et des troupes mexicaines furent envoyées. Elles entrèrent à San Salvador en février 1823 à la suite de la bataille de mejicanos et la région fut annexée au Mexique. Mais en mars 1823, le roi du Mexique abdiqua et le 1er juillet 1823 est déclarée l’indépendance des Provinces Unies d’Amérique centrale vis-à-vis de l’Espagne, du Mexique ou de toute autre nation. La fédération prendra comme nom officiel la République Fédérale d’Amérique centrale en 1824. Le 22 décembre 1823, la commune de Sonsonate et l’Intendance de San Salvador se mirent d’accord pour s’unir, et l’État du Salvador, membre de la République Fédérale d’Amérique centrale, fut proclamé le 7 février 1824. Cette année connut la naissance officielle des pays du Guatemala, d’El Salvador, du Honduras, du Nicaragua et du Costa Rica, tous membres de l’Amérique centrale fédérale. L’assemblée constituante fédérale  promulgua la première constitution fédérale le 22 novembre 1824. Mais la fédération connaîtra de longues confrontations armées entre conservateurs et libéraux. La constitution du Salvador fut promulguée le 22 juin 1824 et l’indépendantiste Juan Manuel Rodriguez  fut élu chef de l’État du Salvador. Intéressant, non ??

En milieu d’après midi, après avoir mangé, on reprend un uber direction le parc à thème sur le petit Prince. Bon, on savait par d’autres voyageurs que c’était pas terrible, ça s’est confirmé à notre arrivée, pas vraiment entretenu, mais ça ne nous a pas empêché de nous éclater.

Vendredi 8 –  Après l’école que Noé a fait quasi en autonomie, nous voilà partis pour trouver une laverie automatique à l’américaine avec plein de machines et de sèche-linges, et très chère. Ici pas de lavanderia qui te lave et te sèche ton linge en une ou deux journées à un prix défiant toute concurrence.

Saviez vous qu’Antoine de Saint-Exupéry était marié à une salvadorienne ? C’est d’ailleurs le nom du lycée français du Salvador, Antoine et Consuelo de Saint-Exupéry. Noé nous a fait des impros dans le petit théâtre en plein air…On a quand même passé un très bon moment ! Puis nous sommes rentrés pour une petite soirée film en famille.

La minute nécessaire de Monsieur Cyclopède : Depuis l’époque coloniale, il y avait une grande méfiance entre les élites de San Salvador et du Guatemala et après l’indépendance, il y a eu une confrontation ouverte. Alors que le gouvernement de la République fédérale résidait au Guatemala, il y eut de nombreux affrontements entre celui-ci et le gouvernement de l’État d’El Salvador. En 1827, la guerre éclate entre le gouvernement de l’État d’El Salvador et le gouvernement fédéral. Le Salvador cherchera son indépendance, mais le gouvernement fédéral entrera avec ses armées et établira son pouvoir à San Salvador en 1834 et jusqu’en 1840, pour soumettre le pays. Intéressant, non ??

2 Commentaires

  1. Deudon

    Super ta danse Isa.
    Merci pour ce recit
    Interessant.n est ce pas!

    Réponse
  2. Mathieu

    Coucou de France où moi aussi je prépare ma rentrée (en fait je suis déjà revenu à l’école car je participe cette année au dispositif « Vacances apprenantes »…) : plein de bisous et de courage pour votre installation et la rentrée scolaire !
    Je suis sûr que tu seras une super prof, ma sœurette ! Hâte que tu racontes tes premiers cours !
    Bisous
    Mat

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.